Une vie de fleur

Immobile et paisible, elle respirait lentement.
La douleur sourde se diffusait doucement dans son corps.
Les promesses sont de belles pousses.
Les fleurs sont parfois vénéneuses.
Elles piquent, brûlent et lacèrent les entrailles.
Elles déchirent les jeunes espoirs.
Brisent en morceaux tout ce en quoi on croit.
Il ne reste alors plus que la douleur. Sourde.
Lentement elle respirait, paisible et immobile.
Attendant qu’une faux la cueille enfin,
Qu’elle tranche,
Qu’elle puisse être libérée de cette vie de fleur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s